edito

Mars 2009

Des nouvelles de l’équipe de T’es Trois à N’Djaména (Tchad), Défilles à Montréal et le nouveau projet de création au féminin...


Laurent Kong a Siou, Lowriz Vo et Adilson Horta de Sousa (qui a repris le rôle de François Kaleka blessé) rentrent de N’Djaména où ils ont dirigé deux semaines d’ateliers chorégraphiques auprès de danseurs tchadiens issus de deux groupes : JDK et Nagdoro.

images du stage- CCF N’Djaména

Le rendu public présenté le 14 Février et le trio T’es Trois qui complétait le programme ont enthousiasmé la salle comble.
Quelques images du stage et du freestyle de fin de soirée qui a rassemblé tous les danseurs sur scène, et auquel se sont joints les slamers Dgiz et Arthur Ribo.
images de la soirée- CCF N’Djaména


Valentine et Alfreda Nabo sont en ce moment au Canada. Elles dirigent une masterclass au studio 303 à Montréal durant une semaine auprès d’artistes féminines professionnelles : plasticiennes, danseuses, performeuses, comédiennes... Une rencontre entre femmes où chacune va forcément enrichir sa pratique au contact de l’autre.


ET dans la lignée du travail au féminin... Christine a démarré le nouveau travail de création avec l’équipe de 8 breakdanceuses de la compagnie par une résidence fructueuse à la ferme de Villefavard dans le Limousin début Février.
Création prévue du 9 au 28 Mars 2010 au théâtre d’Ivry- Antoine Vitez pour 18 représentations (10 jeune public et 8 tout public).

"Quelques jours de résidence à la Ferme de Villefavard ont suffi à nous faire réaliser l’importance d’un entre nous à vivre et à danser entre nous toutes.
Prendre le temps de chercher et de trouver une liberté créative.
Nommer nos désirs, exprimer nos fantaisies, et les échappées furtives de notre imaginaire apparaissent.
Les petites tragédies et les grandes comédies du quotidien sont passées en revues.
Les facéties d’un équilibre sur la tête nous rappellent au réel, par l’effort et son abnégation à vivre un moment le monde, la tête à l’envers.
Le rythme du défilé est à la mesure d’une diversité inattendue des personnages et des situations. Les détails et gestes chargés de dérision illustrent les faux-semblants de notre modernité.
Et pourtant elles vont les pieds sur terre, bien décidées à ne pas s’en laisser conter par le premier venu.
Elles peuvent être tête en l’air. Lorsque certaines marchent sur la tête ce n’est pas qu’une partie de jambes en l’air…
Quand cela devient plus sérieux, au bureau, il s’agit d’avoir la tête sur les épaules et de ne pas se laisser emporter par les émotions. L’envers des choses se confirme, le décalage s’affirme, les prises de têtes peuvent dévoiler les rêveries enfouies dans nos cœurs. La tête dans les étoiles, et le gainage entretenu, elles attendent de pied ferme.
Elles freezent, elles breakent, elles dansent."

Christine Coudun- My Tati freeze (titre provisoire- clin d’oeil à un observateur qui a évoqué l’univers de J.Tati en découvrant les premières esquisses du travail).




Quelques images des séances de travail...




Les autres éditos :
- PARADOXE, le nouveau spectacle de Black Blanc Beur !
- AUTOMNE HIVER 2014 2015
- PRINTEMPS ETE 2014
- AUTOMNE HIVER 2013 2014
- PRINTEMPS ETE 2013
- AUTOMNE-HIVER 2012-2013 : B3 fait son cinéma !